À propos

Introduction



Onna kagami ?


« Onna Kagami » signifie littéralement « miroir des femmes » (onna : femme, kagami : miroir). Ce titre est une référence à l’utilisation du mot kagami dans les titres de certaines chroniques japonaises telles que l’Azuma Kagami ou Miroir de l’Est.

Ce projet reflète et illustre ainsi les accomplissements et les contributions des femmes à l’histoire japonaise à travers des figures de guerrières, commandantes, prêtresses, nonnes, impératrices, poétesses, auteures, militantes etc.


Qui suis-je ?


Je suis une jeune diplômée d'un IEP. Je suis passionnée par l’histoire des femmes, plus particulièrement celle des femmes dans les conflits, et la culture japonaise. De la rencontre de ces deux passions est né un mémoire Femmes nippones en guerre, des chamanes armées aux femmes samouraïs.

J’apprends le Japonais et ai eu la formidable opportunité de pouvoir étudier pendant un an à l’université Waseda de Tokyo.


Quel objectif ?


J’ai crée ce blog dans la continuité de mon projet de mémoire afin d’y développer des portraits qui me tenaient à cœur. L’histoire des femmes est une discipline trop survolée, méconnue. Encore plus lorsqu’il s’agit de cultures qui peuvent paraître lointaines au regard occidental. J’ai eu, en évoquant mon mémoire avec mon entourage, des retours positifs mais également surpris par l’existence de ces traditions martiales féminines. De ce fait, je dédie ce blog à celles et ceux qui ont envie d'élargir leurs horizons, de lutter contre les stéréotypes ou qui en ont assez de voir l'histoire bornée aux actions de "grands hommes". 

Ainsi, il s’agit à mon échelle de proposer une alternative, d’essayer de combler les lacunes qui peuvent exister quant à la connaissance de l’histoire de toute une moitié de l’humanité. Je raconte ici les destinées de femmes ayant marqué l’histoire japonaise tout en essayant de montrer en quoi elles ont été représentatives de leur époque. Mon domaine d’expertise recouvre avant tout les guerrières du fait de mon précédent travail. Cependant, je ne mettrai pas en valeur qu’un seul type de personnalité et élargirai le plus possible le champ d’étude.

Ce blog est animé par une volonté de partage et d’ouverture. Certaines femmes décrites ici pourront peut-être servir de modèles positifs. D’autres seront plus nuancées d’un point de vue moral. Il s’agit également de lutter contre les préjugés et autre jugements à l’emporte-pièce qui sont souvent évoqués lorsque l’histoire des femmes est concernée : l’absence de femmes de pouvoir, le fait que les femmes guerrières ne puissent être que des exceptions… Or, il s’agit de visions réductrices. L’évolution de la condition féminine est un processus complexe, c’est notamment le cas au Japon avec une histoire riche en retournements et en contradictions.

Enfin, ma démarche a été inspirée par les initiatives suivantes : Histoire par les femmes et Rejected Princesses.


Quelle politique de recherche ?


Les sources des articles seront dument listées. Les références utilisées proviendront, dans la mesure du possible, de contenus sérieux et crédibles. Une exigence face à un internet qui regorge parfois d’erreurs.

Je ne me réclame d’aucune expertise. Je suis autodidacte en ce qui concerne l’histoire du Japon et ne prétend de ce fait détenir aucune vérité. Je suis motivée avant tout par l’amour de l’apprentissage et de la découverte.

Je ne suis pas infaillible, n’hésitez pas à me contacter si vous constatez une erreur ou une contradiction ou désirez me faire part d’une éventuelle amélioration.


Sur ce, je vous remercie pour votre lecture et j’espère que vous apprécierez de partir à la rencontre de ces Japonaises du passé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire